accès Campus

Témoignages

02/05/2011 - Témoignages

Le parrainage

Témoignage de Amal Ait Omar Bourkeb, extrait de Passerelles - les cahiers - n°7 mai 2011

 

Amal Ait Omar- Bourkeb, 29 ans et un enfant. Chef de projet chez Nealth**. Doctorat de 3e cycle en nutrition et physiologie digestive. Formation au sein de l’Ecole Doctorale de physiologie et physiopathologie de Paris VI.

 

Pourquoi le parrainage ?

Initialement, je me destinais à une carrière dans la recherche académique et l’enseignement. Après avoir soutenu ma thèse, mes choix étaient différents et je n’ai pas souhaité poursuivre par un post-doc. Je me suis donc lancée sur le marché du travail, dans un premier temps en m’inscrivant au Pôle Emploi, organisme grâce auquel j’ai pris connaissance de l’existence de l’association Nos Quartiers ont des Talents. Etant consciente du handicap que peuvent constituer mon nom et/ou mon adresse à Saint-Denis (93), je n’ai pas hésité un seul instant à adhérer à ce dispositif. Je refusais d’accepter la théorie faisant le lien entre l’origine sociogéographique et/ou ethnique et la difficulté dans la recherche d’emploi, mais c’est une réalité : à diplômes équivalents, un jeune issu des quartiers défavorisés met quatre fois plus de temps à trouver un emploi, comparativement à un jeune issu de zones mieux réputées. Le dispositif NQT semblait une excellente passerelle pour des gens comme moi qui n’ont pas forcément les outils ou les contacts leur permettant d’accéder aux postes à hauteur de leur formation et de leur diplômes.

Que vous a apporté ce parrainage ?

L’association a choisi pour moi une marraine, Directrice Nutrition dans un grand groupe du secteur agro-alimentaire, en se basant sur mon parcours, mon CV et mon profil. Très professionnelle, très pédagogue et surtout très rassurante, elle m’a aidée à affiner mon profil professionnel grâce à des tableaux de bord structurants, à identifier mes réelles ambitions et surtout à reprendre confiance en moi après dix long mois de recherche d’emploi ! Elle m’a dans un premier temps orientée vers ce que l’on appelle un « entretien réseau »… qui s’est très rapidement transformé en entretien d’embauche : le gérant de la société Nealth cherchait à agrandir son équipe en recrutant un chef de projet capable de mettre en place et superviser des études de recherche clinique en nutrition. La compatibilité entre mon profil et le profil recherché ainsi que ma motivation ont tout de suite convaincu et je suis actuellement en contrat à durée indéterminée au sein de cette société. Le dispositif NQT n’a pas pour vocation de nous trouver un emploi mais il représente à mon sens une passerelle essentielle et un réel appui pour les jeunes diplômés comme moi.

Quelles suggestions pour améliorer la situation des jeunes dans votre cas ?

Bien que la plupart des médias ne nous aident pas à améliorer l’image de nos quartiers, il ne faut ni généraliser ni stigmatiser. Au-delà de nos origines ethniques ou géographiques, nous sommes animés d’une très grande motivation à accéder à des postes honorables à hauteur de nos diplômes. Le tout est de savoir s’adapter aux différentes situations, notamment au niveau du langage et du comportement et de mettre en avant notre richesse culturelle.
Aux jeunes des quartiers, je dirais : ne vous découragez jamais. Oui, votre nom et votre adresse peuvent constituer un handicap. Non, il n’est pas insurmontable. De plus, ne vous focalisez pas sur ce point-là car tout le monde ne nourrit pas un préjugé négatif à notre égard. Faites en sorte que ce préjugé n’existe plus en ayant des parcours scolaires exemplaires.
Aux entreprises, je dirais : osez ! Les jeunes des quartiers sont très souvent bien plus professionnels et plus motivés qu’on ne l’imagine… A Nos Quartiers ont des Talents pour son dispositif qui pallie nos manques en matière de réseau : merci !

 

** Société spécialisée en recherche clinique sur la nutrition et en coaching santé

Tags : Témoignages Etudiant Etudiants