accès Campus

Témoignages

28/06/2017 - Témoignages

Francesco Saraceno : Enseigner l’économie, une matière complexe et indispensable

Francesco Saraceno  est directeur adjoint des études de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques). Il enseigne à Sciences Po et à l’université LUISS de Rome. Il fut haut fonctionnaire et conseiller auprès du premier ministre en Italie il y a plusieurs années. Sa spécialité : la macro-économie et l’économie européenne. Il intervient depuis peu au CFPB  dans le CESB Management.

« Comprendre l’économie est nécessaire pour vous défendre
des économistes ! »

Francesco Saraceno passionne ses étudiants sur une matière qu’il juge lui-même complexe.  Sa méthode, à l’en croire, n’a rien de miraculeux et tient en peu de mots : le sens, le positionnement « égalitaire » du formateur et des étudiants « contraints » à la réflexion et au débat.   
   
Enseigner l’économie  pour aider à comprendre le monde
Personnellement, j’ai manifesté très jeune un goût prononcé pour la politique ;  j’ai compris que la compréhension du fait politique passait par l’économie. Si celle-ci n’explique pas tout, elle donne bien des clés ! Comprendre les mécanismes économiques, c’est  comprendre les dynamiques sociales et, partant, les dynamiques politiques. Aussi tout citoyen devrait-il avoir une formation minimale en économie appliquée. Il serait important d’enseigner  à la fois l’histoire des faits et l’histoire de la pensée. Or, cet enseignement-là n’est plus pratiqué dans nos pays : on ne voit plus l’économie que sous l’angle mathématique. Ce qui est bien insuffisant pour une matière qui n’est pas une science dure, comme le montre encore l’histoire récente.

Derrière les mots et les actes, une vision du monde
Soyons conscients que les discours d’un homme politique (ou chef d’entreprise ou journaliste) sont portés par une théorie et une certaine vision du monde. Il arrive parfois que ce soit la seule vision possible, mais c’est rare. C’est pourquoi  je commence mon cours par deux ou trois articles parus dans la presse et qui constituent l’actualité du jour.  
Mon accroche, c’est : « pourquoi ? ».  Pourquoi cet homme politique dit-il cela ? Quels sont les mécanismes économiques en jeu à l’arrière-plan ? 
Nous répondons à ces « pourquoi ? »  en identifiant  la vision économique du monde qui sous-tend 
un choix politique donné. J’accroche les étudiants par la promesse qu’ensuite ils comprendront mieux les journaux qu’ils liront. Les étudiants doivent savoir que nous ne trouverons pas  cinq sujets qui fassent consensus parmi les économistes : ni la flexibilité, ni l’austérité, ni la politique monétaire … et j’en oublie.   J’établis donc un lien entre les actualités et le débat d’idées. Et j’affirme aux étudiants : « Comprendre l’économie est nécessaire pour vous défendre des économistes ! »  

Travaux en sous-groupes : défendez et argumentez vos théories …
Je précise aux étudiants que toute interaction est bienvenue. Ils m’interrompent quand ils le souhaitent.  
Au cours de brefs exposés, je propose quelques exemples tirés de l’actualité avec, pour chacun, plusieurs explications, cela  sans me prononcer. Les étudiants se réunissent ensuite pour échanger et construire un avis sur la théorie qui leur semble la plus raisonnable dans le contexte. Chaque groupe restitue ses conclusions. Je termine en livrant à mon tour mon avis.  Nous nous plaçons dans une position presque égalitaire, même si j’en sais forcément plus qu’eux après plusieurs années de recherches et d’expériences ! Je constate que plus l’enseignant  se place au niveau de l’étudiant, mieux ça marche ! Parce que l’apprenant cesse d’être intimidé, tout simplement. J’insiste : « Quoi que vous pensiez, défendez votre théorie ». Cela étant, attention : ne tombons pas dans le relativisme. Il n’y a pas de consensus, c’est vrai. Cela ne signifie pas que tous les arguments et toutes les opinions se valent. Il existe des définitions et des faits dont nous devons tenir compte.

en sachant aussi défendre la théorie à laquelle vous n’adhérez pas !
Un autre exercice : j’impose à un groupe la défense et argumentation d’une théorie à laquelle il n’adhère pas forcément. Je mets cet exercice en place après plusieurs cours.  Chaque groupe prend en charge une thèse économique. Il dispose d’une semaine pour préparer son exposé argumenté ; un groupe/jury décide des arguments les mieux défendus.   C’est un exercice pour avocats ! Mais il contraint à maîtriser les différents arguments des diverses théories.

Tags : Témoignages Formation diplômante Salariés Etudiants Intervenants CFPB